Néréis

Nereis virens

Nereis virens Sars, 1835

BIOTOPE / HABITAT

Le Nereis est un vers polychète appartenant à la famille des Nereidae. Il comprend de nombreuses espèces dont la plupart sont marines. L'adulte a une grande variété de types d'habitats : boue molle, sable boueux, sable et même des sédiments contenant une grande proportion de gravier ou de petites pierres. Aussi signalé, «… des boues sableuses aux sables fins (Pettiken 1963, Bass et Brafield 1972, Snow et Marsden 1974 et Reise 1981).» Il se creuse un terrier possédant plusieurs ouvertures formant un système de ramifications assez complexes qui s'étend sur plusieurs fois la longueur du ver. Cette espèce ne s'étend pas aussi loin dans les estuaires que Nereis diversicolor, reflétant son incapacité à faire face à l'eau moins salée. Photo : Attribution: © Hans Hillewaert
Pour les larves, une phase planctonique très brève est notée. Les jeunes migrent rapidement vers les régions littorales. Image de la larve. Référence : http://cronodon.com/BioTech/Polychaete.html
Stacks Image 345

CARACTÉRISTIQUES



Le Néréis est un ver iridescent, coloré de rouge, d'ocre, et de vert. Les couleurs peuvent être différentes selon les sexes : un vert est plus pâle chez les femelles. Il possèdes des petites «pattes» des parapodes et des soies fournissant un soutien pour la locomotion (pour ramper ou pour nager). Cet organisme peut compter plus de 200 segments et atteindre une dimension jusqu'à 30 cm de long et 15 mm de large. La tête porte une paire de palpes, une paire de petites antennes, quatre paires de cirres tentaculaires longs et effilés et quatre taches oculaires. Il peut expulser, de son pharynx évaginable, une paire de crochets chitineux noires ou brun foncé pouvant déchiqueter efficacement une proie.
Stacks Image 419
Photo : Attribution: © Hans Hillewaert
Stacks Image 405

Observatoire du littoral à Port-au-Saumon



Sur le plan écologique les vers de sable occupent une place importante dans la chaîne alimentaire d'autres invertébrés, poissons et oiseaux de rivage. Nous observons souvent cette espèce à marée basse. Les spécimens se retrouvent aux endroits indiqués que nous avons décrits dans la partie habitat / biotope. Nous ferons plus d'observations sur cette espèce à l'été 2018.


Stacks Image 437

AIRE DE RÉPARTITION

Nereis virens Sars est présent sur la côte atlantique depuis la Virginie jusqu'au nord jusqu'à la région arctique. Selon Pettibone (1963), on le trouve aussi en Irlande, en Norvège, en Irlande et dans la mer du Nord jusqu'en France (Pettibone 1963). Cette espèce est présente au nord et au sud de l'estuaire moyen et de l'estuaire maritime du Saint-Laurent. On trouve cette espèce également en Gaspésie, sur la côte du Labrador et sur l'Ile-du-Prince Edouard. Selon le site doris : http://doris.ffessm.fr/Especes/Alitta-virens-Nereis-verte-2906, on peux retrouver cette espèces aussi en Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord, Atlantique Nord-Ouest. En Europe, on la retrouve principalement sur le littoral français du Pas-de-Calais et celui de la Manche orientale.

ALIMENTATION 

Des expériences de terrain récentes ont montré que les vers de sable se nourrissent d'amphipodes et de polychètes (Commito 1982, Ambrose 1984, Commito et Schrader 1985). Leur régime alimentaire pourrait être plus varié qu'on pense.

REPRODUCTION - MULTIPLICATION 

Les polychètes ont tendance à synchroniser la ponte pour maximiser les chances de fécondation. Le nombre d'oeufs pondus varie entre environ 0,05 et 1,3 million d'œufs pour des vers de 16 et 54 cm. Certains chercheurs (Thorson 1946, Korringa 1957) ont signalé qu'une élévation de la température de l'eau de mer déclenche la ponte dans un certain nombre d'organismes marins. Les signaux environnementaux spécifiques requis pour initier le frai peuvent être associés à la phase de la lune et au stade de la marée. Beaucoup se synchronisent selon Les cycles lunaires et la plupart des individus peuvent apparaître une seule nuit.

La stratégie de reproduction du ver de sable le qualifie d'espèce «monotonique», c'est-à-dire qu'il se reproduit une fois dans sa vie, tous les gamètes sont libérés en un ou deux grands lots, et les animaux meurent immédiatement ou peu après sans développer plus de gamètes (Clark cité dans Stancyk 1979). Certains polychètes produisent les individus reproducteurs, appelés épitokes. LEs épitokes peut être produit par la métamorphose d'un ver individuel ou par reproduction asexuée - se développant à partir des segments arrière (ou en naissant) d'un ver avant se détacher et quitter le tube ou le terrier. Epitokes sont spécialisés pour la reproduction et sont chargés de les gamètes. L'épitoke femelle sécrète une phéromone qui attire le mâle et déclenche l'excrétion du sperme qui, à son tour, stimule l'excrétion des œufs par la femelle.

FAITS INTÉRESSANTS (Larve pélagique)

Les polychètes ont tendance à synchroniser la ponte pour maximiser les chances de fécondation. Beaucoup synchronisent leur ponte selon les cycles lunaires et la plupart des individus peuvent apparaître une seule nuit.

Certains polychètes produisent de la natation les individus reproducteurs, appelés épitokes. Epitokes peut être produit par la métamorphose d'un ver individuel ou par reproduction asexuée se développant à partir des segments arrière (ou en naissant) d'un ver avant se détacher et quitter le tube ou le terrier. Epitokes sont spécialisés pour la reproduction et sont chargés de les gamètes. L'épitoke femelle sécrète une phéromone qui attire le mâle et déclenche l'excrétion du sperme qui, à son tour, stimule l'excrétion des œufs par la femelle.

Au cours des marées qui se sont retirées dans le secteur de Wiscasset en avril, un nombre croissant de goélands argentés a survolé les plaines, anticipant l'activité de reproduction de Nereis virens. Au plus fort de la ponte, des milliers de goélands se nourrissaient de reproducteurs mâles.

Des cherches ont observé que certains individus presque «épuisés» contenaient un grand nombre de ciliés semblables à des paramécies.

INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES 

La plupart d'entre eux se transforment en une forme distincte pour se reproduire (épitoke). L'épitokie est un processus qui se produit dans de nombreuses espèces de vers marins polychètes dans lesquels un ver sexuellement immature (l'atoke) est modifié ou transformé en un ver sexuellement mature (l'épitoke). Les epitokes sont des formes pélagiques capables de reproduction sexuée. Selon certaines sources les néréides ne se reproduisent qu'une fois avant de mourir.

La migration des adultes non reproductifs dans la colonne d'eau en hiver (Dean 1978) peut être un mécanisme permettant aux vers de sable de trouver des habitats benthiques plus appropriés.

Il existe une variation considérable dans la taille maximale de Nereis virens rapportée à partir de différents emplacements géographiques. Des vers de 70-75 cm à la rivière Back à Boothbay, dans le Maine (43 ° 54'15 "de latitude nord, 69 ° 40 'de longitude ouest). Sveshnikov (1965) a signalé avoir capturé des N. virens atteignait une longueur de 90 cm le long de la côte de l'Angleterre.

CLASSIFICATION

Embranchement : Annelida
Classe : Polychaeta
Sous-classe : Errantia
Ordre : Phyllodocida
Sous-ordre : Nereidiformia
Famille : Nereididae
Sub-Famille : Nereidinae
Genre : Nereis
Espèce : virens

Stacks Image 451
Stacks Image 428
New 508-million-year-old bristle worm species from British Columbia’s Burgess Shale wiggles into evolutionary history

Read more :
http://www.geologypage.com/2018/01/new-508-million-year-old-bristle-worm-species-british-columbias-burgess-shale-wiggles-evolutionary-history.html#ixzz57hwNIaNg
Follow us:
@geologypage on Twitter geologypage on Facebook
Stacks Image 435
The jaws and pincers of the burrowing worm Nereis virens may inspire a new class of strong, lightweight materials
(Image: C Broomell)

https://www.newscientist.com/article/dn14365-worm-pincers-may-inspire-better-spacecraft-materials/
Stacks Image 327
Pour les larves, une phase planctonique très brève est notée.
Les jeunes migrent rapidement vers les régions littorales.
Image de la larve.
Référence :
http://cronodon.com/BioTech/Polychaete.html


Saviez-vous que . . .


Les vers sont des sources de nourriture importantes pour un certain nombre d'oiseaux de rivage.
Chez de nombreux polychètes l'œuf fécondé donne en une larve pélagique nageant librement. Celle-ci est appelée trochophore.
Avoir beaucoup de segments a créé de nouvelles possibilités pour les vers fouisseurs (mouvements pour ramper ou pour nager).
En période de reproduction le mâle devient bleuâtre avec des taches blanches, parfois.


RÉFÉRENCES


(1) Creaser E.P.; Clifford D.A., 1982: Life history studies of the sandworm nereis virens in the sheepscot estuary maine usa. Fishery Bulletin (Washington D C) 80(4): 735-744